Introduction

Si la satisfaction des attentes des clients et la qualité doivent être le moteur du progrès des entreprises, toute démarche qualité, dans une entreprise est fondée sur la rigueur. La qualité s’appuie et s’appuiera toujours sur des essais et des mesures tant il est vrai que l’on ne progresse que si l’on mesure. La qualité même de ces mesures repose sur une bonne métrologie.

Mais qu’est-ce que la métrologie ? Il est difficile de répondre à cette question, car le sujet, qui paraît simple, est en fait lié à des principes et à une organisation qui font intervenir des notions d’étalon, d’étalonnage, de vérification, de traçabilité, d’accréditation, d’incertitudes de mesures, … et d’autres encore.

Nous vous apportons ici une approche pragmatique de la métrologie pour les PME / MI, basée sur la compréhension des enjeux qu’elle représente et sur la présentation de bonnes pratiques et d’outils à déployer pour assurer la maîtrise de la fonction métrologie.

Définition de la métrologie au sens large

La Métrologie est une science qui s’intéresse aux aspects théoriques et pratiques de la mesure, et ce, dans tous les domaines de la science et de la technologie. Plus spécifiquement, la métrologie touche l’utilisation des unités, la réalisation des étalons, les méthodes, les techniques et les appareils de mesure, ainsi que la précision obtenue.

Définition de la métrologie selon l’ISO

La métrologie consiste à gérer la préparation et l’exécution des opérations de mesurage afin de garantir les résultats de mesure, leur traçabilité et leur incertitude. La métrologie permet notamment de choisir la méthode et l’instrument de mesurage appropriés au niveau de précision recherché.

Pour un client, quel qu’il soit, deux éléments entrent en ligne de compte :

  • La qualité du produit, dont il attend d’être satisfait,
  • L’assurance de la qualité de l’entreprise dans laquelle il attend d’avoir confiance et qu’elle rende sûre l’obtention de la qualité du produit.

Dans le contexte économique actuel, il convient de ne pas produire plus, mais de produire mieux. La fonction métrologie devient ainsi la clé de voute de l’entreprise…

La naissance de la notion de raccordement

Le raccordement est la base même de la métrologie. En effet, à quoi bon réaliser des mesures, si c’est pour exprimer quelque chose qui n’a pas une signification universelle ?

Jusqu’aux environs du XVIIIème siècle, nos ancêtres utilisaient « le pied » comme unité pour mesurer les distances. Tous utilisaient le même mot. Un digne représentant de cette grandeur était accessible pour éviter les querelles.

Seulement, le jour où on a traduit la valeur dans le système métrique, on s’est aperçu que les représentants de cette grandeur ne chaussaient pas tous pareil. Pour exemple, le pied du Roi de France mesurait 32,48 cm, alors que le pied romain mesurait 29,63 cm.

Dès lors on comprend qu’il devient indispensable de posséder dans son entreprise des références métrologiques et de les (faire) comparer aux grandeurs nationales de référence, par des étalonnages.

Étalonnage ou vérification ?

Beaucoup d’entreprises confondent les notions d’étalonnage et de vérification métrologique.

L’étalonnage est l’opération qui consiste à comparer les valeurs indiquées par l’appareil à étalonner avec les valeurs de références correspondantes (étalons). L’enregistrement de l’étalonnage est appelé certificat d’étalonnage. Pour chaque lecture d’une indication donnée par l’instrument, il faudra corriger cette dernière.

La vérification métrologique consiste à apporter la preuve par des mesures que des exigences spécifiées (Erreurs Maximales Tolérées) sont satisfaites. Le résultat d’une vérification se traduit par une décision de conformité (suivie d’une remise en service) ou de non conformité (suivie d’un ajustage, d’une réparation, d’un déclassement ou d’une réforme de l’appareil).

L’enregistrement de la vérification est appelé constat de vérification.

Métrologie légale VS Métrologie industrielle

Métrologie légale

La métrologie légale représente l’intervention de l’Etat pour garantir la qualité des instruments de mesure ou des opérations de mesurage touchant l’intérêt public : sécurité des personnes, protection de l’environnement et de la santé, loyauté des échanges commerciaux.

Dans le contexte économique, la métrologie légale vise à garantir un échange équitable, ce qui signifie  l’égalité de tous devant l’échange commercial. Ainsi dans le cadre de la Métrologie Légale, les détenteurs d’instruments de mesure sont tenus de les faire vérifier (vérifications périodiques) par des organismes agréés.

La Métrologie Industrielle

La métrologie industrielle, consiste à organiser l’ensemble des ressources métrologiques de l’entreprise dans le but de :

  • maîtriser les caractéristiques de ses instruments (étalonnage),
  • maîtriser les performances des opérateurs (formation),
  • maîtriser les spécificités de ses produits (le métier),
  • maîtriser les exigences de ses clients (la relation commerciale),
  • maîtriser les exigences de son (ses) référentiels qualité (l’excellence).

En définitive, la maîtrise de la mesure dans le cadre de la métrologie industrielle, permet de :

  • maîtriser la conformité des produits,
  • maîtriser les coûts,
  • garantir une meilleure rentabilité,
  • augmenter la satisfaction du client.

Ainsi, à l’inverse de la Métrologie Légale, la métrologie industrielle doit garantir, non pas l’honnêteté et l’égalité de l’échange, mais la fonctionnalité du produit dans un contexte économique souvent difficile. Pour cela elle dispose d’un certain nombre de normes qui l’aide dans sa démarche.

Voici quelques exemples de normes qui régissent, définissent, organisent et apportent des compétences dans le domaine de la métrologie industrielle :

  • ISO 9001:2008 : au chap.7.6 : Maîtrise des équipements de surveillance et de mesure et au chap.8 : Mesure, analyse et amélioration.
  • ISO 10012:2003 : Système de management de la mesure
  • NF ENV 13005 : Guide pour l’expression de l’incertitude de mesure (GUM),
  • NF EN ISO 10012 : Système de management de la mesure – Exigences pour les processus et les équipements de mesure,
  • NF EN ISO 14253-1 : Spécification géométrique des produits, règles de décision pour prouver la conformité ou la non conformité à la spécification,
  • Toute la série des normes et fascicules de documentation X07-… qui traitent de la métrologie dans l’entreprise.

Les enjeux de la métrologie industrielle

Parce qu’elle est une composante fondamentale de la qualité des produits et des services, la métrologie industrielle constitue désormais un véritable enjeu de compétitivité pour les entreprises.

Au-delà de la métrologie légale qui s’impose aux chefs d’entreprise producteurs ou détenteurs d’instruments de mesure, il existe aussi une métrologie non réglementée (ce qu’il est convenu d’appeler la métrologie industrielle) qui constitue sans aucun doute un facteur important de compétitivité pour l’ensemble du pays.

Pour toute entreprise, il est en effet impossible de fabriquer des produits de qualité sans disposer d’instruments de mesure performants et dûment étalonnés. Tel est le sens de l’action conduite par Bercy, tant au niveau national qu’au niveau régional, pour soutenir les chefs d’entreprise désireux de progresser en la matière.

Restée longtemps l’apanage des grandes sociétés travaillant dans des secteurs de pointe, la métrologie industrielle concerne désormais des domaines aussi divers que l’alimentation, l’énergie, l’environnement, la santé, la sécurité, les télécommunications, les transports ou les travaux publics.

En cause : l’évolution des technologies qui rend nécessaire un réajustement régulier des mesures et des instruments avec lesquels elles sont effectuées.

En fait, la métrologie industrielle consiste à maîtriser et à optimiser l’utilisation des appareils de mesure qui peuvent avoir une influence sur la qualité des produits ou des services. A cette fin, les entreprises doivent mettre en œuvre un système pertinent de gestion de leur parc d’instruments de mesure qui permet d’en assurer épisodiquement le raccordement aux étalons nationaux et d’en vérifier régulièrement la fiabilité.

Des laboratoires d’étalonnage agréés

Etape obligatoire : le raccordement qui consiste à disposer dans son entreprise des données métrologiques indispensables et de les comparer aux grandeurs nationales de référence par l’intermédiaire d’une chaîne d’étalonnage.

En France, ce rôle incombe à un réseau de laboratoires spécialisés piloté par le LNE et/ou le COFRAC comportant des centres d’étalonnage agréé. Ces laboratoires sont actuellement environ 250, représentant un effectif total de près de 2 000 personnes. Ils sont appelés à délivrer un certain nombre de documents certifiant que l’entreprise souscrit aux exigences prévues par les systèmes d’assurance qualité adéquats.

Il est vrai que la certification de nombreuses entreprises au référentiel de management de la qualité ISO 9001 a contribué à améliorer la situation en la matière. Elle ne dispense toutefois pas les chefs d’entreprise de mettre en place un dispositif de surveillance régulière de leurs instruments de mesure afin d’éviter tout risque de dérive entre deux opérations d’étalonnage.

Conclusion

La métrologie n’est pas un luxe réservé aux grandes entreprises.

C’est au contraire un outil puissant et indispensable contribuant pour une large part à la qualité et à la libre circulation des produits industriels, mais aussi à la loyauté des échanges.

Les PME / PMI, qui sont à l’origine de la richesse nationale, doivent s’y tourner et trouver pour cela les appuis nécessaires auprès de spécialistes compétents et performants.