Faites de votre prestataire métrologique un réel partenaire

Posté par:

La métrologie dispose d’un vocabulaire spécifique qui rend difficile la compréhension des principes essentiels. Dans ces conditions la sous-traitance d’une prestation métrologique relève parfois du parcours du combattant.

Pour aider les entreprises à mieux exprimer leur besoin auprès des fournisseurs métrologiques, l’AFNOR a édité un fascicule documentaire « FD X 07-019 – Relations clients / fournisseurs en métrologie ». « Ce référentiel constitue un guide à l’usage de ceux qui doivent sous-traiter des opérations techniques de métrologie et donc exprimer avec précision leurs besoins, et de ceux qui doivent répondre à ces besoins et effectuer la prestation. C’est un outil essentiel de dialogue dans la transparence et la confiance. » (Source : AFNOR).

Avant toute chose, il convient de rappeler que la sous-traitance ne dégage pas l’entreprise de sa responsabilité vis-à-vis de la conformité et du raccordement de ses équipements métrologiques.

Ceci étant dit, voyons maintenant les informations de base que doit fournir l’entreprise à son prestataire.

Les premiers éléments à fournir sont :

  • La liste des équipements à raccorder (évidemment !),
  • Les exigences techniques concernant chaque équipement (certificat d’étalonnage, constat de vérification, certificat d’étalonnage et constat de vérification).

En outre, dans le cas d’une prestation d’étalonnage, le client doit préciser :

  • La fonction / le calibre à étalonner
  • La plage d’étalonnage et les points d’étalonnage,
  • Le format du document d’étalonnage (erreurs, incertitude d’étalonnage, …),
  • L’incertitude d’étalonnage (obligation de moyens pour le fournisseur).

Et dans le cas d’une prestation de vérification, le client doit préciser :

  • La fonction / le calibre à vérifier,
  • La plage de vérification et les points de vérification,
  • Le format du document de vérification (mention des EMT),
  • L’EMT et le rapport de capabilité (obligation de moyens pour le fournisseur),
  • Les règles (les critères) de déclaration de conformité,
  • L’autorisation d’ajuster en cas de non-conformité et l’indication des valeurs avant ajustage.

2

À propos de l'auteur:

Jérémy CICERO | Responsable et auteur du Qualiblog | Consultant, Formateur, Auditeur ICA | Auteur aux Editions Techniques de l'Ingénieur | Dirigeant de Qualisphère, société éditrice du logiciel Qualishare pour le pilotage des systèmes QHSE | Cliquez ici pour plus d'informations sur l'auteur.
  Articles similaires

Commentaires

  1. FRANKY  mars 25, 2013

    Bonjour M. CICERO. Je suis apprenant QHSE et j’aimerais comprendre davantage le contenu des labo de métrologie, d’étalonnage, d’essai et des organismes d’inspections. j’ai vraiment du mal a donner la teneur exacte de ces organimes certificateurs. j’aimerais aussi avoir des connaissances approfondies sur les tableaux de bord en général et particulièrement les tableaux de bord stratégique de pilotage et de qualité. Merci davance de me donner des éclairages.

    • Jérémy CICERO  mars 25, 2013

      Bonjour,
      Des articles du site devraient vous aider à comprendre quelques unes de thématiques que vous évoquez.
      Pour le reste, n’hésitez pas à poser des questions précises sur le forum : http://www.qualiblog.fr/forum